Les élections américaines, live from Philly

La campagne présidentielle américaine, suivie et commentée au jour le jour depuis Philadelphie

13 octobre 2008

Deux mots sur le "Troopergate"

Le camp McCain a longtemps espéré que la campagne cesse de se focaliser sur la situation économique et voulait changer de sujet afin de redresser la barre.

De nouvelles informations, pour parler un peu d'autre chose de temps en temps, c'est possible. Mais pas forcément ce que McCain souhaitait... Le rapport tant attendu du juge Branchflower, qui a été nommé par le parlement de l'Alaska pour enquêter sur le scandale éthique dans lequel est impliquée Sarah Palin, a été publié il y a quelques jours. La conclusion principale est que Palin a commis un abus de pouvoir en tant que gouverneur pour mener une vengeance personnelle et a ce faisant violé les lois éthiques de l'Alaska. En théorie, elle pourrait être mise en accusation et amendée pour ses agissements, mais il est à douter que le parlement contrôlé par les républicains impose une quelconque sanction. Du coup, la couverture de la crise financière a dû faire un peu de place à la description détaillée du scandale dans les médias (voir par exemple les articles du Washington Post, Los Angeles Times, New York Times, USA Today...)

wootenPetit rappel de cette jolie histoire familiale, déjà connue sous le nom de "Troopergate". La soeur de Sarah Palin, Molly, était impliquée dans un divorce difficile et se disputait la garde des enfants avec son ancien mari, le policier ("trooper") Mike Wooten (à droite sur la photo). Sarah Palin, qui bien entendu soutient les valeurs familiales, voulait aider sa soeur à obtenir la garde de ses enfants en s'arrangeant pour que son mari soit sans emploi. Elle a donc demandé au chef de la police, Walt Monegan (à gauche sur la photo), de licencier son employé. Mais celui-ci a refusé d'obtempérer: Wooten n'avait certes pas toujours été un policier exemplaire, mais les cas de procédures disciplinaires à son encontre étaient closes depuis bien longtemps.

palin_toddMonegan a en outre avertit Palin de ne pas trop de mêler du cas de Wooten, parce que cela pourrait être perçu comme une violation éthique. Sarah Palin a suivi son conseil... et a donc chargé son propre mari, Todd Palin de veiller à ce que les employés de l'état s'arrangent pour faire virer Wooten. Une des tentatives était un appel téléphonique enregistré. Le juge Branchflower note, dans son rapport, une douzaine d'incidents précis où des employés de l'état ont agi pour essayer de faire perdre son poste à Wooten. Finalement, Palin s'est trouvée trop frustrée avec toute la lente procédure, et décidé de carrément virer le chef de la police Monegan. C'est ce licenciement qui a démarré l'enquête, parce que Monegan ne s'est pas laissé faire.

Palin nie tout agissement illicite et déclare que le rapport est juste une affaire politique. Cependant, l'enquête a débuté avant que Palin ne soit choisie pour rejoindre le ticket républicain, et le parlement de l'Alaska est contrôlé par les républicains. L'enquêteur, Branchflower, est un juge à la retraîte réputé pour être intègre. Tout ceci suggère qu'il ne s'agit aucunement d'une entreprise de démolissage politique. En fait, la présidente du sénat de l'Alaska, Lyda Green, qui est d'ailleurs une républicaine venant de la ville natale de Sarah Palin, Wasilla, a même dit: "Le problème avec le pouvoir, c'est que les gens y prêtent attention. Et il est très facile de l'utiliser de la mauvaise manière. Et nous devons absolument ne pas être influencés par des affaires personnelles."

Que se passe-t-il, désormais, avec Sarah Palin? La procédure habituelle lorsque votre nominé à la vice-présidence est dans la tourmente est de prier... Prier en espérant que tout ceci soit oublié rapidement. Mais ça ne va probablement pas disparaître rapidement et McCain va devoir répondre de son jugement quant à son choix. Si vous ne pouvez même pas vérifier précisément les antédécents de votre colistier - sans doute la décision de campagne la plus importante - comment allez-vous sélectionner les membres de votre administration, les juges fédéraux et tous les autres employés que le président doit nommer? Maintenant, McCain pourrait laisser tomber Sarah Palin et choisir un autre colistier, mais alors cela donnerait raison à Obama, qui décrit depuis quelques jours McCain comme "erratique" et peu apte à gérer des décisions importantes. Et d'ailleurs, qui pourrait-il choisir à la place de Palin? McCain adorerait choisir son ami Joe Lieberman, ancien démocrate, mais la base conservatrice ne le tolérerait pas, puisque Lieberman soutient le droit à l'avortement... La base adorerait Mike Huckabee, mais ses vues extrêmement conservatrices ne passent pas forcément très bien auprès des indépendants. Mitt Romney est un choix possible, étant donné son expérience économique, mais à l'heure où les gens perdent leurs maisons, il n'est pas certain qu'un ticket composé d'un homme riche de 100 millions de dollars et d'un autre de 200 millions de dollars soit du meilleur effet... Quant à Giuliani, il est capable de dire "11 septembre" plus vite que son ombre, mais ce n'est plus vraiment le sujet crucial de la campagne. Bref, elle va rester.

Au fait, quelle était la réaction de Sarah Palin à la parution du fameux rapport? Apparemment elle n'a pas compris le rapport... ou elle est vraiment très  malhonnête: voyez l'éditorial incendiaire du journal Anchorage Daily News:
"La réaction de Sarah Palin au rapport du parlement sur le Troopergate est une honte pour les habitants de l'Alaska et pour la nation. Elle prétend que le rapport la "disculpe". Elle dit que l'enquête n'a trouvé "aucune activité illicite ou contraire à la déontologie de ma part". Sa réponse est soit incroyablement ignorante, soit totalement manipulatrice. A la page 8, le rapport dit: "Je trouve que le gouverneur Palin a abusé de son pouvoir en violant le statut 39.52.110a de la loi éthique de l'Alaska." En clair, elle a fait quelque chose d'illicite: elle a violé le code d'éthique de l'état. Peut-être que le gouverneur Palin a été trop occupée pour vraiment lire le rapport sur le Troopergate. Peut-être qu'elle se fie à des briefings des tacticiens de la campagne McCain. Mais c'est une interprétation généreuse. Car si elle l'avait vraiment lu, elle ne pourrait pas parler de "disculpation" en gardant l'air sérieux."


Posté par Pat Philly à 23:59 - Commentaires [0] - Permalien [#]

Commentaires

Poster un commentaire