Les élections américaines, live from Philly

La campagne présidentielle américaine, suivie et commentée au jour le jour depuis Philadelphie

25 septembre 2008

Sarah Palin, cette fleur délicate...

On l'a dit ci-dessous, McCain propose de repousser le débat de demain soir... Pour le tenir par exemple un peu plus tard? Mais alors, qu'adviendrait-il du débat entre les vice-présidents, prévu le 2 octobre? Beaucoup spéculent que le but est éventuellement d'éviter à Sarah Palin de devoir débattre avec Joe Biden. C'est peut-être un peu tiré par les cheveux, et je ne pense pas qu'on en arrive là, mais il est clair que la confrontation Palin-Biden n'est pas exactement quelque chose dont le camp McCain se réjouit.

Sarah Palin a été soigneusement protégée des médias, et n'a donné aucune conférence de presse et n'a pratiquement accordé aucune interview. Ils ont bien sûr fait valoir que "Palin n'allait pas venir à Washington pour servir les médias, mais pour servir le peuple américain", et que les médias sont trop méchants et sont tous de gauche. Mais cela commence de plus en plus à agacer, et c'est la journaliste de CNN Campbell Brown qui résume le mieux le sentiment général, en retournant contre le camp McCain l'argument de sexisme qu'ils utilisent à toutes les sauces. Voyez la vidéo ici.

campbell"Franchement, j'en ai assez, et je sais qu'il y a beaucoup d'autres femmes qui sont du même avis. (...) J'appelle la campagne McCain à cesser de traiter Sarah Palin comme si c'était une fleur délicate prête à se faner d'un instant à l'autre. Cette femme vient d'Alaska, bon sang! Elle est forte, elle est solide, elle est sûre d'elle. Et vous prétendez qu'elle est prête à être à deux doigts de la présidence. Si c'est le cas, cessez de la traiter de la sorte. Laissez-la montrer ce qu'elle sait faire. Laissez-lui faire face à ces agaçants journalistes, tout comme Barack Obama l'a fait aujourd'hui, tout comme John McCain l'a fait aujourd'hui. Tout comme Joe Biden l'a fait à de nombreuses occasions. Laissez-la mener une vraie conférence de presse avec de vraies questions. En traitant Sarah Palin différemment des autres candidats dans cette course, vous ne lui montrez pas le respect qu'elle mérite. Libérez Sarah Palin. Libérez-la des chaînes avec lesquelles vous l'attachez. Le sexisme dans cette campagne doit prendre fin. Sarah Palin a autant le droit que les hommes d'être une vraie candidate dans cette course. Alors laissez-la agir en tant que tel."

couricSarah Palin a tout de même donné une interview à Katie Couric de la chaîne CBS dernièrement. Il faut voir la vidéo, parce que ça vaut vraiment le détour. Un des échanges, à la fin de l'entretien (à partir de 4'32'' dans la vidéo ci-dessus), est particulièrement savoureux:

Couric: Vous avez dit, "John McCain va réformer la manière dont Wall Street fait des affaires". A part soutenir des régulations plus strictes [des sociétés de refinancement hypothécaire] Fannie Mae et Freddie Mac il y a deux ans, pouvez-vous nous donner d'autres exemples où il aurait mené la charge pour davantage de surveillance?
Palin: Je pense que l'exemple que vous venez de citer, avec ses avertissements il y a deux ans à propos de Fannie et Freddie - que c'est central. C'est bien plus que ce que d'autres sénateurs ou représentants ont fait pour nous.
Couric: Mais il a été au congrès depuis 26 ans. Il a présidé le puissant comité du Commerce. Et il a presque toujours été en faveur de moins de règlementation, pas plus.
Palin: Mais il est aussi connu comme le "maverick", recevant des coups de son propre parti, et certainement de l'autre parti. Essayant de faire comprendre aux gens ce dont il parle - le besoin de réformer le gouvernement.
Couric: Mais pouvez-vous me donner d'autres exemples concrets? Parce que vous dites que Barack Obama n'est que parole et pas d'action
. Pouvez-vous me donner d'autres exemples durant ces 26 ans où John McCain aurait vraiment pris position à ce sujet?
palinCBSPalin: Je peux vous donner des exemples de ce que John McCain a fait, où il a montré sa vision, son pragmatisme et son leadership. C'est ce dont l'Amérique a besoin aujourd'hui...
Couric: Je vais juste vous le demander encore une fois - pour ne pas trop insister. Des exemples spécifiques en ces 26 ans, où il aurait poussé pour davantage de règlementation des marchés?
Palin: Euh... Je vais essayer de vous en trouver quelques-uns et je vous les amènerai...

Mais attention, ce n'est pas tout! Dans la suite de l'entretien, la journaliste lui demande en quoi le fait que l'Alaska est proche de la Russie lui donne une expérience de politique étrangère (comme Sarah Palin se plaît à le répéter à tout bout de champ).
Palin: L'Alaska a une frontière maritime entre un pays étranger, la Russie, et de l'autre côté, la frontière terrestre que nous avons avec... le Canada. C'est, c'est drôle qu'un commentaire comme celui-là ait été... en quelque sorte... reçu avec --- euh, je ne sais pas, vous savez?
Couric: Avec moquerie?
Palin: Oui, moquerie. Je pense que c'est le bon mot, oui.
Couric: Expliquez-moi pourquoi cela met en valeur vos qualifications de politique étrangère?
Palin: Eh bien, c'est certainement le cas parce que... nos voisins directs sont des pays étrangers! Ils sont dans l'état que je dirige. Et là... en Russie...
Couric: Avez-vous déjà été impliquée dans des négociations, par exemple, avec les Russes?
Palin: Nous avons des missions commerciales. Nous... nous faisons... c'est très important quand vous considérez même les problèmes de sécurité nationale avec la Russie quand Poutine lève la tête et entre dans l'espace aérien des USA... où... où vont-ils aller? En Alaska. C'est juste derrière la frontière. C'est... de l'Alaska que nous envoyons ceux qui vont s'assurer qu'on garde un oeil sur cette nation très puissante, la Russie, parce qu'ils sont juste là. Ils sont juste tout à côté... de notre état.

Sans blague? On se rend mieux compte de l'état de confusion de Sarah Palin en regardant la vidéo, c'est impressionnant (et effrayant)...

gibsonDans l'autre entretien que Palin avait accordé il y a peu (très critiqué puisque tourné sur plusieurs jours, empêchant au journaliste d'être très incisif au risque de voir la candidate refuser la suite du tournage), elle s'était également montrée peu au courant de la vision du monde de Bush. Lorsque le journaliste Charles Gibson lui demande ce qu'elle pense de la "doctrine de Bush" au sujet du monde, elle donne dans la langue de bois, avant que le journaliste ne lui explique directement: "La doctrine de Bush, c'est que nous avons le droit d'anticiper l'auto-défense, de faire des frappes préventives sur n'importe quel pays que nous pensons être sur le point de nous attaquer. Etes-vous d'accord avec cela?"  Voyez la vidéo ici.

Il n'est donc guère surprenant que la campagne McCain cherche à isoler Palin des médias. Elle est par exemple allée à l'ONU pour se faire voir aux côtés des grands de ce monde. Après la rencontre avec McCain, le président géorgien et le président ukrainien, McCain a regardé dans la pièce et fait un geste comme pour attendre des questions des journalistes. Un reporter a osé demander à Sarah Palin: "Gouverneur, qu'avez-vous appris lors de ces rencontres?", mais l'assistant de McCain est intervenu est a fait sortir tout le monde de la pièce. Palin a eu l'air surprise, s'est penchée vers McCain pour lui demander quelque chose, ce à quoi il a secoué la tête pour dire "non"...

Posté par Pat Philly à 12:06 - Commentaires [2] - Permalien [#]

Commentaires

    Oh, pauvre petite Sarah...

    C'est "painful", ses interventions televisees...
    Bisous !

    Posté par Stephanie, 25 septembre 2008 à 15:24
  • Au secour

    Pitié,
    Il faut que tout cela s'arrête. Elle est jolie, elle est peut-être gentille...
    MAIS ELLE EST PAS A SA PLACE

    Posté par sebkog, 25 septembre 2008 à 16:53

Poster un commentaire