Les élections américaines, live from Philly

La campagne présidentielle américaine, suivie et commentée au jour le jour depuis Philadelphie

07 octobre 2008

Ce soir, deuxième débat présidentiel

Ce soir a lieu le deuxième face-à-face entre Barack Obama et John McCain, à Nashville dans le Tennessee. Cette fois-ci, le format est un peu différent: les candidats ne seront pas debout derrière un pupitre, mais pourront se déplacer sur la scène. Et c'est le public, réparti tout autour de l'arène centrale, qui posera les questions, sur n'importe quel sujet. Mais il est clair que l'économie devrait occuper le devant de la scène: 60% des Américains pensent qu'une dépression est probable, avec 25% de chômage. Et 84% disent que l'économie va mal ou très mal. Et pour couronner le tout, le Dow Jones a perdu encore près de 400 points hier...

Alors, comment cela va-t-il se passer? L'événement n'est en fait pas grand chose d'autre que deux conférences de presse en parallèle et dans la même pièce. Les campagnes ont négocié des règles détaillées pour ces débats (dans un document de 31 pages contenant tous les détails, des angles de vue aux dimensions des accessoires): pour ce soir, elles précisent que les questions ont dû être soumises à l'avance par le public ou sur internet. La personne qui pose la question n'a pas le droit de la modifier et son micro sera coupé après la question. Ni la personne, ni le modérateur ne peuvent poser d'autres questions pour demander des précisions. Les candidats n'ont pas le droit de se poser des questions l'un à l'autre, il n'y aura pas vraiment de débat en tant que tel.

Un des candidats est-il avantagé par ce format? Difficile à dire. Habituellement, les questions du public ne sont pas très techniques, largement prévisibles et ont déjà été posées des centaines de fois (genre "comment allez-vous résoudre la crise économique?") Les candidats ont des réponses toutes faites pour ce type de sujet. Etant donné l'état des sondages, McCain a vraiment besoin de changer les choses de manière profonde: ses options se réduisent au fur et à mesure que les jours passent et il n'y a ensuite plus qu'un seul débat la semaine prochaine. Si pas grand chose ne se passe, cela favorise Obama, qui peut se contenter de maintenir la situation actuelle, qui lui est très favorable. On pourrait bien entendu entendre quelques piques de l'un ou l'autre candidat, concernant les attaques négatives qui se sont multipliées ces derniers jours.

Posté par Pat Philly à 12:42 - Commentaires [0] - Permalien [#]

Commentaires

Poster un commentaire