Les élections américaines, live from Philly

La campagne présidentielle américaine, suivie et commentée au jour le jour depuis Philadelphie

05 septembre 2008

Nous sortons de deux semaines de folie. Et maintenant?

Ouf, voilà, les conventions sont terminées, nous attaquons la dernière ligne droite: dans deux mois, nous saurons qui a été élu président (enfin, en principe...)
Alors, quelle est la situation? Qui a l'avantage? Où en sommes-nous dans les sondages?

map2004Avant de se perdre dans les détails, étudions une nouvelle fois la carte des résultats de 2004 (voir ci-contre).

Souvenez-vous, la dernière fois les résultats étaient Bush 286 - Kerry 252. Et il faut 270 votes pour être élu (pour les explications détaillées du fonctionnement des élections, voir cet article, et pour savoir ce qui se passe en cas d'égalité 269-269, voir ici).

Obama est actuellement en tête dans tous les états gagnés par Kerry. En fait, les seuls à être peut-être vulnérables sont la Pennsylvanie (21 points), le Michigan (17) et le New Hampshire (4). Mais pour l'heure, les états Kerry ne semblent pas en trop grand danger et la plupart des sondages donnent Obama en tête, même si ce n'est que légèrement.

Bon, les états Kerry totalisent 252 voix. Depuis plusieurs mois, l'Iowa (IA sur la carte, 7 votes) et le Nouveau-Mexique (NM, 5) donnent une avance certaine à Obama.
Nous en sommes donc à 252+7+5=264.
A partir de là, il ne manque plus que 6 votes (ou 5 pour forcer une égalité au collège électoral). Il y a plusieurs options: le Colorado (CO), traditionnellement républicain semble prêt à changer de camp, de même que le Nevada (NV) ou encore la Virginie (VA), qui a vu une forte augmentation de population, largement démocrate, dans les faubourgs de Washington. Il y a bien entendu l'Ohio (OH) et la Floride (FL) qui sont à nouveau très compétitifs. Etonnamment, Obama se montre très fort dans des états surprenants. Ainsi le Dakota du Nord (ND), que Bush à remporté très largement semble cette année très serré, de même que le Montana (MT). Ces deux derniers états n'ont certes que 3 grands électeurs chacun, mais McCain ne peut vraiment pas se permettre de perdre ces traditionnels bastions républicains.

Nous étudierons plus tard la situation des sondages état par état. Presqu'aucun sondage n'a été publié depuis deux semaines. Il faut dire que ce n'est pas très utile vu l'intensité de la campagne ces derniers temps. Les rythmes habituels ont été accélérés énormément pour donner lieu à une frénésie d'informations politiques. Puisque les deux conventions se sont suivies directement, il est un peu vain cette année d'étudier quel avantage chaque candidat à réussi à retirer de sa convention, et les sondages journaliers ne permettent pas vraiment de rendre compte de la situation. Sans doute que les électeurs ont reçu toutes ces nouvelles et prennent le temps de digérer tout cela avant d'émettre une opinion, plutôt que de le faire à partir de tel ou tel discours ou événement précis.

Car rappelons ce qui s'est passé durant les deux dernières semaines:

  • Sélection de Joe Biden comme colisiter de Obama le samedi
  • Ouverture de la convention démocrate et discours de Michelle Obama le lundi
  • Discours de Hillary Clinton le mardi
  • Nomination officielle de Barack Obama, puis discours de Bill Clinton et Joe Biden le mercredi
  • Discours de Barack Obama devant 85'000 personnes le jeudi
  • Sélection de Sarah Palin comme colisitère de McCain le vendredi
  • Controverses liées à Palin durant le week-end et en début de cette semaine
  • Ouragan Gustav sur la Nouvelle-Orléans avec tous les rappels du désastre Katrina, ce lundi
  • Annulation de la présence de Bush à la convention et discours par satellite ce mardi
  • Discours de Sarah Palin ce mercredi
  • Et enfin le discours de McCain hier soir...

Si tout cela est déjà presque difficile à suivre et à digérer pour les fans de politique, ça l'est encore plus pour l'électeur moyen. Une fois que l'agitation sera retombée ce week-end et les gens auront eu un peu de temps pour traiter tout cela et y voir plus clair, d'ici mardi ou mercredi nous en saurons bien plus sur l'état de la course. D'ici là, il est inutile de trop s'attacher à telle ou telle réaction des analystes ou de trop s'intéresser aux sondages nationaux, bien peu fiables à l'heure actuelle. Si mercredi prochain Obama est au coude-à-coude avec McCain ou même derrière, il va y avoir une campagne très très difficile qui va se jouer sur le fil comme les deux dernières élections. Si au contraire, Obama a une avance de 5 ou 6 points (comme c'est le cas actuellement, en gros), il sera très difficile à battre.

A bientôt pour la suite...

Posté par Pat Philly à 16:09 - Commentaires [0] - Permalien [#]

Commentaires

Poster un commentaire