Les élections américaines, live from Philly

La campagne présidentielle américaine, suivie et commentée au jour le jour depuis Philadelphie

04 septembre 2008

Le discours de John McCain

C'était donc au tour de McCain d'accepter la nomination de son parti avec son grand discours. Il n'y a plus trop eu d'attaque cinglantes comme la veille. Il était sérieux a dit comprendre que le pays avait besoin de changement. Il a déclaré que c'est lui qui allait pouvoir apporter ce changement (malgré le fait qu'il ait passé 25 ans à Washington et qu'il serait le plus vieux président de l'histoire à être élu). Il a bien sûr fait remarquer à quel point c'est un "maverick", cet esprit indépendant qui n'hésite jamais a aller à l'encontre de son parti (malgré le fait qu'il a voté au Sénat avec les propositions Bush plus de 90% du temps). Il n'a pas non plus daigné préciser que dans les principales occasions où il s'était opposé à la politique de Bush (par exemple, les baisses d'impôts), il est maintenant en faveur de la position qu'il avait précédemment combattue.

Alors que son discours était axé sur le changement (il a mis un point d'honneur à mentionner le mot "change" 10 fois), il n'a rien dit de ce qu'il changerait. Il est évidemment inconfortable de vouloir changer la politique de son propre parti, mais il peut peut-être s'en sortir en invoquer son statut de maverick.

Durant la convention, on a entendu une dizaine de fois toute l'histoire de sa captivité au Vietnam, à quel point c'était un héros national, si patriote et courageux. Il a cru bon de le mentionner encore une fois, si bien qu'il pourrait presque devenir l'objet de moqueries, comme Rudy "11 septembre" Giuliani qui avait beaucoup forcé sur les attentats ayant frappé sa ville. Comme Joe Biden l'avait dit à l'époque: quand Giuliani fait une phrase, il utilise un nom, un verbe, et "11 septembre". On pourrait presque dire de même avec McCain: un nom, un verbe, et "prisonnier de guerre". Mais ce ne serait vraiment pas politiquement correct...

La vidéo de son discours (attention, c'est long...)

Posté par Pat Philly à 11:59 - Commentaires [0] - Permalien [#]

Commentaires

Poster un commentaire