Les élections américaines, live from Philly

La campagne présidentielle américaine, suivie et commentée au jour le jour depuis Philadelphie

07 mai 2008

Enfin le bout du tunnel?

Obama a donc battu Hillary par 56% des voix contre 42% en Caroline du Nord, une différence bien plus importante que les derniers sondages ne le laissaient présager. En ce qui concerne l'Indiana, Hillary a réussi à remporter de justesse (51%-49%) cet état dont les résultats finaux ne sont tombés que tard dans la nuit. Et encore, cette victoire-ci est un peu "limite", puisqu'elle la doit peut-être à certains électeurs républicains qui ont choisi de voter pour elle afin de prolonger la lutte démocrate aussi longtemps que possible.

Etant donné toute la controverse qui a entouré les propos du pasteur de Obama durant les dernières semaines, il s'en sort bien mieux que prévu. Le vote a été, comme souvent, très polarisé. Obama a remporté plus de 90% des suffrages des électeurs noirs et Hillary a remporté entre 60 et 65% des électeurs blancs en Caroline du Nord, où les Afro-Américains constituent un tiers de l'électorat démocrate.

Clinton avait l'occasion de porter un coup sévère à Obama, et cela ne s'est pas produit. Obama avait l'occasion d'éliminer entièrement Clinton, et cela ne s'est pas produit non plus. Donc on continue... Rassurez-vous, on voit maintenant le bout du tunnel: il nous reste six primaires: Virginie-Occidentale (13 mai), Kentucky et Oregon (20 mai), Porto Rico (1er juin), Montana et Dakota du Sud (3 juin). Et les maths deviennent de plus en plus limpides. L'avance de Obama est d'environ 156 délégués il reste 217 délégués ordinaires à distribuer. Ainsi, pour que Clinton rattrape Obama dans les délégués ordinaires, il faudrait qu'elle en remporte 187 sur ces 217 restants, soit 86%... C'est bien évidemment impossible. En se fiant aux derniers sondages, on peut estimer que Hillary gagne une vingtaine de délégués de plus que Obama dans ces primaires-là.
Bref, Obama aura toujours entre 100 et 150 délégués d'avance. Il reste encore la question de la Floride et du Michigan, qui devrait (peut-être) être résolue le 31 mai, lors d'une séance où des décisions pourraient être prises.

Bref, les options s'amenuisent pour Clinton, mais elle n'a pas dit son dernier mot, même s'il semble de plus en plus évident que l'on s'achemine vers un duel Obama-McCain. Bien entendu, les victoires écrasantes qu'elle pourrait remporter les prochaines semaines en Virginie-Occidentale et dans le Kentucky vont lui permettre de continuer, mais les choses ne devraient pas changer énormément.

Remarquez que même son discours d'hier soir ressemblait un peu à un message d'unité pour le parti. Notez l'usage du pronom "nous":

"Il est important, alors que nous continuons cette campagne, de reconnaître que nous sommes tous dans le même camp. Nous allons nous battre pour vous. Nous allons trouver un moyen de relever ce pays et le ramener sur la voie de ce qu'il devrait être. (...) Je sais que les gens regardent cette compétition et se demandent: je gagne, il gagne, je gagne, il gagne... C'est tellement serré et je crois que cela révèle combien nos supporters sont passionnés et combien les Américains veulent reprendre en main leur pays. Mais je peux vous assurer que, quoi qu'il arrive, je travaillerai pour le nominé du parti démocrate parce que nous devons gagner en novembre. Et je sais que le sénateur Obama pense la même chose."

Remarque personnelle: je pense qu'il y a peu de doute qu'elle accepterait le poste de vice-présidente au cas où Obama le lui proposait (et peut-il décemment ne pas le lui proposer?)


Posté par Pat Philly à 11:38 - Commentaires [0] - Permalien [#]

Commentaires

Poster un commentaire