Les élections américaines, live from Philly

La campagne présidentielle américaine, suivie et commentée au jour le jour depuis Philadelphie

19 avril 2008

Obama à Philly: le discours du Messie

Et voici l'intégralité du fameux discours de Barack Obama à Philadelphie, traduit le plus fidèlement possible. La version vidéo peut être visionnée ici.


obamarally5Par cette soirée spectaculaire, par cette nuit magnifique, il est important que nous nous souvenions de l'histoire de ce site. C'était il y a plus de 200 ans qu'un groupe de patriotes s'est réuni dans cette ville pour faire quelque chose que personne au monde de croyait qu'ils pourraient faire. Après des années d'un gouvernement qui ne les écoutaient pas, ou ne parlait pas en leur nom, ou ne représentait pas leurs espoirs et leurs rêves, quelques humbles colons sont venus à Philadelphie pour déclarer leur indépendance vis-à-vis de la tyrannie de la couronne britannique.

L'union qu'ils ont créée a duré deux siècles, non pas parce que nous sommes parfaits, mais parce que nous avons toujours été perfectibles - parce que chaque génération d'Américains a bien voulu s'élever et sacrifier et faire ce qui était nécessaire pour nous rapprocher des idéaux au coeur de notre promesse fondatrice - égalité, et liberté, et opportunité pour ceux qui le souhaitent. Voilà comment nous avons survécu à une guerre civile et deux guerres mondiales, une grande dépression et de grandes luttes pour les droits civils, les droits des femmes, et les droits des travailleurs. Et maintenant, Philadelphie, c'est notre tour.

Ceci est un moment déterminant de notre histoire. Notre nation est en guerre et notre planète est en danger. Notre économie est en récession. J'ai rencontré des gens à travers toute la Pennsylvanie qui ne ferment pas l'oeil de la nuit, se demandant si le prochain salaire pourra couvrir les factures du mois. Qui se demandent pourquoi deux emplois, ou trois emplois ne suffisent pas pour placer leurs enfants à l'université, ou payer leur assurance maladie, ou faire le plein d'essence. Qui ne comprennent pas pourquoi leurs maisons sont mises en vente alors que les patrons des compagnies qui leur ont fait prendre ces prêts risqués s'en sortent avec 20 millions de dollars. Et avant tout, nous avons perdu confiance que notre dirigeants sont capables ou disposés à faire quoi que ce soit à ce sujet. Nous croyons que personne à Washington ne nous écoute ou se bat pour nous. Et c'est la raison pour laquelle cette élection est notre chance de déclarer notre indépendance. De déclarer notre indépendance par rapport à la mauvaise politique de Washington. La politique cynique qui met la manipulation de l'opinion avant les solutions. Et les intérêts des lobbys avant nos propres intérêts. La politique qui ne consiste qu'à se déchirer les uns les autres au lieu de faire avancer le pays.

IMG_3492bp

Maintenant, indépendamment de qui vous soutenez dans cette campagne primaire... [la foule hurle: "Obama! Obama!] Non non non non... attendez, attendez! J'espère qu'il y a des supporters de Hillary ici: je veux les convaincre. Je veux les convaincre. Mais laissez-moi terminer: indépendamment de qui vous soutenez dans cette campagne primaire, la chose dont nous sommes certains, c'est que le changement dont ce pays a besoin ne va pas venir d'un troisième mandat de George W. Bush. Et cela est exactement la campagne que John McCain est en train d'offrir. Je respecte John McCain et son dévouement à notre nation, mais nous avons de profondes divergences concernant l'état où se trouve notre nation et où notre nation doit être menée. John McCain croit que la politique irakienne de George Bush est un succès, donc il offre 4 années supplémentaires d'une guerre sans stratégie pour en sortir. Une guerre dont on ne voit plus le bout. Une guerre qui envoie nos troupes pour leur troisième, ou quatrième, ou cinquième service.

IMG_3498bp

John McCain trouve que la politique économique de Bush a donné - et je cite - de "grands progrès durant les 7 dernières années". C'est ce qu'il a dit. Et donc il promet 4 années supplémentaires de baisses d'impôts pour les patrons et les corporations. Pour les plus riches qui n'en avaient pas besoin et ne réclamaient même pas ces baisses d'impôts. Et bien, je ne crois pas que les 8'300 habitants de Pennsylvanie qui ont perdu leur emploi, ou que les 232'000 Américains qui ont perdu le leur cette année voient les grands progrès que John McCain voit. Je ne crois pas que les millions d'Américains perdant leur maison voient ces progrès. Je ne pense pas que les familles sans assurance maladie, les ouvriers sans pensions de retraite voient ces progrès. Et je ne pense pas que nous puissions nous permettre 4 ans supplémentaires des idées que se font George Bush et John McCain du progrès économique. Il est temps de tourner la page et d'écrire un nouveau chapitre de l'histoire américaine.

IMG_3507pMais voilà la vérité, Philadelphie. Les problèmes auxquels nous faisons face ne pas juste la faute d'un homme ou d'un parti. Depuis combien d'années - ou combien de décennies - parlons-nous de résoudre notre crise de l'assurance maladie, et rien ne s'est passé? Combien de présidents ont-ils promis d'achever notre dépendance en pétrole étranger? Combien d'emplois ont-ils été délocalisés dans les années 70, 80 et 90? Et nous n'avons toujours pas de stratégie pour que les ouvriers américains s'en sortent dans une économie globalisée.

Nous parlons toujours de cela en 2008. Et chacun ici sait pourquoi. Parce qu'à chaque élection, les politiciens viennent dans vos villes et villages, et ils vous disent ce que vous voulez entendre, et ils font de grandes promesses, et présentent de grands programmes sophistiqués. Mais ensuite ils retournent à Washington quand la campagne est terminée, et rien ne change. Les lobbyistes dépensent leurs millions de dollars pour avoir gain de cause. On préfère marquer des points politiques que de résoudre les vrais problèmes. Au lieu de se battre pour l'assurance maladie ou le chômage, Washington finit par se disputer sur la dernière distraction de la semaine. Cela se produit année après année. Mais je suis là pour vous dire, Philadelphie, cela ne va pas se produire cette année! Pas cette fois! Cette année, nous ne pouvons pas nous permettre la même politique habituelle. Cette année, nous pouvons déclarer notre indépendance par rapport à cette sorte de politique. C'est de changement dont nous avons besoin maintenant. Et c'est le choix que vous aurez ce mardi. Et c'est pourquoi je suis candidat à la présidence des Etats-Unis d'Amérique.

Le sénateur Clinton est une adversaire tenace. C'est également une politicienne engagée. Mais son message - écoutez cela - mais son message se réduit à cela: nous ne pouvons pas changer le jeu de Washington mené par les groupes d'intérêts, où chacun dira et fera n'importe quoi, alors autant choisir la candidate qui sait vraiment comment jouer à ce jeu. Voilà son message de base. Son message est que les républicains ont fait ce genre de choses durant les deux dernières décennies et "j'ai appris à jouer à ce même genre de petit jeu, donc autant m'élire parce qu'on ne peut pas s'attendre à des changements significatifs à Washington". Elle a reçu davantage d'argent des lobbyistes de Washington que n'importe quel candidat dans cette campagne, même John McCain. Parce qu'elle dit que les lobbyistes représentent les vrais Américains. Elle a tenu des positions différentes à différents moments sur des problèmes aussi fondamentaux que le commerce, ou même la guerre, pour aller avec la politique du moment. Et durant les derniers mois, elle a lancé une série d'attaques négatives où tous les coups sont permis, ce qu'elle justifie en nous disant que c'est ce que les républicains vont faire. Elle dit: "C'est comme ça que ça se passe, c'est le jeu. " Elle qu'elle est meilleure à ce petit jeu.

Eh bien, je ne suis pas candidat pour être le président qui joue aux mêmes jeux habituels de Washington, je suis candidat pour arrêter ces jeux-là à Washington. Je ne suis pas candidat pour rentrer dans le moule de Washington, je suis candidat pour changer Washington. Je ne crois pas que nous puissions amener les changements que nous promettons si nous ne déclarons pas notre indépendance par rapport à la politique qui nous empêche d'avancer. Je ne crois que nous puissions faire plier les lobbyistes si nous continuons à accepter leur argent. C'est pourquoi je suis le seul candidat qui n'a pas reçu un dollar des lobbyistes et des groupes d'intérêt de Washington. Et c'est pourquoi en tant que président, je n'aurai pas à répondre aux lobbys du pétrole, ou aux lobbys pharmaceutiques, ou aux lobbys des assurances: je répondrai à vous, Philadelphie. Voilà le changement dont nous avons besoin pour réformer le système d'assurance maladie et changer notre politique énergétique, pour que ne parlions plus de cela dans 4 ans, ou dans 8 ans, ou dans 12 ans.

obamarally4Je ne crois que nous puissions apporter un vrai changement à Washington si nous continuons à dire aux gens ce qu'ils veulent entendre au lieu de ce qu'ils doivent savoir. Je suis candidat pour dire aux Américains ce qu'ils doivent entendre, je suis candidat pour dire aux Américains la vérité. Nous pouvons et devrions avoir un débat sur le libre-échange dans ce pays, et sur notre accord ou désaccord avec certains traités. Mais ce que vous ne pouvez pas faire, c'est venir à Philadelphie et faire comme si vous aviez été opposés à NAFTA et aux traités commerciaux avec la Chine durant toute votre vie, alors que vous avez soutenu cela pendant une décennie: vous ne pouvez pas faire ça! Ce n'est pas du changement! C'est encore de la même vieille politique qui nous a déçus. Je ne vais pas me tenir là devant vous et vous dire que nous pouvons faire qu'aucun emploi ne soit délocalisé. Nous vivons dans une économie globalisée, cela ne va pas changer. Donc je crois au libre-échange, et je ne crois pas que nous devrions nous barricader. Mais ce que nous pouvons faire, c'est dire que nous n'allons plus signer d'accords commerciaux à moins qu'ils n'aient des garde-fous réels et applicables pour préserver les droits des travailleurs. Ce que nous pouvons faire, c'est être honnêtes avec les Américains concernant les défis auxquels nous faisons face, voilà le changement dont nous avons besoin.

Je ne crois pas que nous puissions apporter du changement si nous ne déclarons pas notre indépendance par rapport à la politique qui exploite nos différences et enflamme les divisions dans notre pays. La politique qui se nourrit de controverses religieuses et de distractions. Où on compte le nombre de points marqués contre son adversaire au lieu de compter le nombre de problèmes résolus pour les Américains. C'est sans doute bon pour les titres de journaux ou pour la télévision, mais ce n'est pas bon pour le gouvernement. Cela n'abaisse pas les coûts de votre essence ni de votre assurance maladie. Cela ne vous aide pas à financer des études ou ramener d'Irak ceux qui vous sont chers.

ObamaRally1Notre parti, le parti démocrate, a toujours été meilleur lorsqu'il dirigeait non par souci politique mais par principe, non par calcul mais par conviction. Lorsque nous avons eu des dirigeants qui ont rassemblé le pays autour d'une cause commune, d'une cause noble. Et je suis candidat à la présidence des Etats-Unis parce que c'est le parti que nous devons être à présent, c'est le changement dont nous avons besoin à présent en Amérique. Voilà pourquoi je suis candidat à la présidence des Etats-Unis d'Amérique.

L'homme que j'ai rencontré à Latrobe, qui a perdu son emploi et ne peut même pas trouver l'argent pour l'essence et ainsi conduire pour trouver un nouvel emploi, lui a besoin de vrai changement. Il a besoin que nous nous rassemblions et combattions les lobbys du pétrole et investissions dans les énergies renouvelables qui soient abordables et propres, et qui aideront à créer 5 millions d'emplois à travers toute l'Amérique.

Les 1'100 travailleurs à State College qui ont perdu leur emploi quand l'usine a fermé - j'en ai rencontré quelques-uns aujourd'hui, certains d'entre eux ayant même dû emballer le matériel et l'envoyer en Chine, eux ont besoin de vrai changement. Ils ont besoin que nous cessions d'accorder des baisses d'impôts aux entreprises qui transfèrent leurs activités à l'étranger, et accorder ces baisses d'impôts aux entreprises qui investissent ici en Pennsylvanie, ici aux Etats-Unis. Ils ont besoin que nous réformions nos lois sur les faillites pour que les patrons ne puissent pas éliminer votre pension d'une part, et engranger de gros bonus d'autre part. Voilà le changement dont nous avons besoin.

obamarally6Les familles que j'ai rencontrées, de Pittsburgh à Harrisburg, et ici à Philadelphie, qui sont assises autour de la table de la cuisine le soir, essayant de voir comment elles vont payer leurs assurances ou l'éducation de leurs enfants, et payer leur hypothèque du mois, n'ont jamais autant eu besoin de changement que maintenant. Il leur faut une couverture maladie pour tous, qui donne à tous les Américains la chance de recevoir la même assurance abordable que j'ai en tant que membre du Congrès. Il leur faut des basses d'impôts pour la classe moyenne, axées sur les familles qui travaillent, et les personnes âgées et les propriétaires en difficulté. Il leur faut un gouvernement qui aide les gens pris dans cette crise immobilière, pour refinancer leurs hypothèques afin qu'ils puissent garder leur maison.

Dans quatre jours, vous aurez l'occasion d'aider à apporter le changement dont nous avons besoin maintenant, Philadelphie. Ici dans la ville et l'état qui ont donné naissance à notre démocratie, nous pouvons déclarer notre indépendance par rapport à la politique qui nous a écartés, nous a abandonnés et nous a dit de nous en contenter. Nous pouvons déclarer notre indépendance par rapport à la politique qui charge les compagnie pétrolières, les entreprises pharmaceutiques et les assurances des décisions qui influencent nos vies et les vies de nos enfants. Nous pouvons déclarer notre indépendance par rapport à la politique qui dira et fera n'importe quoi pour gagner, sans s'occuper de pourquoi nous devrions gagner. Cette politique qui exploite nos différences au lieu de parler de nos soucis communs et de nos destinées communes en tant qu'Américains. Nous pouvons faire tout cela, mais seulement si nous déclarons notre indépendance par rapport au cynisme et au doute qui nous dit que le changement ne peut pas se produire. Qui nous dit qu'il faut nous contenter de quelque chose de moindre que ce que nous savons être possible en Amérique. Je comprends le cynisme. Je sais que vous avez été déçus par la politique et les politiciens tant de fois auparavant. Je sais à quel point le changement est difficile.

Nous avons commencé cette campagne en tant qu'outsider, et nous sommes encore les outsiders ici, en Pennsylvanie. Mais aussi difficile que soit le changement, aussi facile qu'il soit de simplement baisser les bras, je sais également que des générations de patriotes ont fait face à des défis bien plus grands, et en sont sortis plus forts et plus prospères, et plus unis qu'avant. Nous pouvons faire cela maintenant.

obamarally2Mais nous aurons besoin de chacun d'entre nous. Démocrates et républicains, jeunes et vieux, riches et pauvres, Noirs, Blancs, Hispaniques, Asiatiques, Amérindiens, gays, hétéros. Il faudra un mouvement comme celui que nous avons construit dans cette campagne. Un mouvement de millions d'Américains allant porte à porte, quartier par quartier, bloc par bloc, comté par comté, état par état, contribuant ce qu'ils peuvent pour changer ce pays.

Dans quatre jours, nous pouvons faire un nouveau pas en avant, ici en Pennsylvanie. Dans quatre jours, si nous sommes disposés à abandonner notre cynisme et nos doutes et nos peurs, si nous sommes disposés à croire que les choses sont à nouveau possibles en Amérique, si nous sommes disposés à marcher dans les pas de nos fondateurs et déclarer notre indépendance par rapport à la politique qui nous empêche d'avancer. Alors je suis persuadé que nous n'allons pas seulement gagner cette campagne primaire, nous n'allons pas seulement gagner en Pennsylvanie. Nous allons gagner à travers tout ce pays. Nous allons gagner l'élection générale en novembre. Nous allons changer ce pays. Nous allons perfectionner cette union. Nous allons garder intactes les promesses de ce pays pour le 21e siècle. Vous et moi, ensemble, allons changer ce pays, et changer le monde. Que Dieu vous bénisse, que Dieu bénisse l'Amérique. Merci Philadelphie!

 

Posté par Pat Philly à 17:37 - Commentaires [0] - Permalien [#]

Commentaires

Poster un commentaire