Les élections américaines, live from Philly

La campagne présidentielle américaine, suivie et commentée au jour le jour depuis Philadelphie

10 décembre 2007

Les CAUCUS, comment ça marche?

Comme vous le savez, le premier état qui vote est l'Iowa, le 3 janvier, suivi du New Hampshire le 8. Pourtant, le système de vote est très différent.

C'est le New Hampshire qui accueille les premières "primaires": là, c'est simple, chaque électeur a droit à un bulletin de vote, et les résultats sont rapportés selon le pourcentage de voix reçu par chaque candidat. Bref, une élection tout à fait classique.

Dans l'Iowa (et plusieurs autres états), il n'y a pas de primaires, mais des "caucus". C'est un systeme très particulier, très pittoresque, très illogique, et decidément très discutable que je vais essayer d'expliquer.

Voilà comment ça marche (du moins pour le parti démocrate): Tout le monde se retrouve à une certaine heure fixe dans son bureau de vote (typiquement de l'ordre de 50 à 100 personnes se présentent en moyenne). Là, la pièce est partagée en "zones" pour chaque candidat et les participants signalent leur soutien à tel ou tel candidat en se plaçant dans le coin de la piece correspondant à leur favori. Il y a aussi souvent une zone réservée aux participants indécis. Alors, pendant environ 30 minutes, les gens peuvent discuter avec leurs voisins et connaissances pour essayer de les convaincre de changer d'avis et de rejoindre leur groupe de soutien. Les indécis peuvent se balader de groupe en groupe et essayer de se faire une opinion.

Mais attention ce n'est pas fini: c'est là que ça devient tordu!

Après 30 minutes, les discussions sont interrompues et on compte le nombre de supporters dans chaque camp. A ce moment-là, les organisateurs définissent quels candidats sont "viables", c'est-à-dire ceux qui ont depassé un seuil critique de soutien, en principe 15% des participants. Après cela, les participants disposent à nouveau de 30 minutes pour se réarranger: les supporters de candidats non viables peuvent aller rejoindre un autre groupe de soutien, ou choisir de s'abstenir. Ou encore, ils peuvent même se regrouper avec les supporters d'un autre candidat qui n'était pas viable précédemment, pour faire un groupe suffisamment grand. Cette deuxième phase est cruciale, puisque, contrairement à une primaire, le "2e choix" des participants a une importance.

Lorsque les déliberations sont closes, on compte le nombre de personne dans chaque coin de la pièce, et chaque bureau de vote répartit un certain nombre de "délégués" pour chaque candidat.

Bien bien...

Evidemment tout cela n'est pas très démocratique, puisque le vote n'a pas lieu à bulletin secret et que chacun est susceptible de subir l'influence, voire les pressions de ses voisins et amis.

Mais il y a encore bien d'autres problèmes: vu que j'aime bien les maths, voici encore quelques aspects pervers du système:

* Chacun des bureaux de vote (1784 en Iowa) se voit attribuer un certain poids électoral à l'avance, indépendamment du nombre de gens qui vont effectivement se présenter! Cette pondération n'est pas basée sur le nombre d'habitants liés à tel bureau de vote, ni même sur la participation ce jour-là, mais sur le nombre de gens qui AVAIENT été voter lors des 2 précédentes élections. Evidemment ce n'est pas équitable, vu qu'un bureau qui avait été très fréquenté dans le passé se verra attribuer beaucoup de poids, et cela même si peu de gens daignent se montrer cette année-là.

* Le fait que les supporters de candidats puissent se réarranger et soutenir quelqu'un d'autre peut mener à des effets plutôt inattendus. Imaginons qu'un bureau de vote dispose de 6 délégués à attribuer.
Si après la première phase, on a
Candidat A – 42%
Candidat B – 35%
Candidat C – 23%

Les maths électorales indiquent qu'il y aura 3 délégués pour le candidat A, 2 pour le candidat B et 1 pour le C.

Tous sont viables, mais les équipes de campagne vont faire marcher leur calculette pendant les 30 minutes de réalignement, et peuvent suggérer qu'une partie des supporters de B rejoignent C. En effet, on peut alors avoir
Candidat A – 42%
Candidat B – 30%
Candidat C – 28%

Dans ce cas, les calculs de répartition des délégués vont attribuer 2 délégués à chacun des trois candidats!!
Vous voyez le truc: les campagnes des candidats B et C peuvent tout à fait se mettre d'accord et conclure qu'en faisant cela, B est inchangé, C gagne un délégué, tandis que le candidat qui était en tête en perd un! Ce réarrangement entre B et C à pour effet de faire perdre un délégué au candidat A, alors même qu'il a gardé ses 42% de supporters!

Notons que cela est potentiellement un problème pour Hillary Clinton qui, en tant que favorite, a plus de chance de voir les supporters de Obama et Edwards se regrouper dans un front anti-Clinton.

Le deuxième choix de ceux qui soutiennent de "petits" candidats (qui ont sont davantage susceptibles de ne pas atteindre le seuil de viabilité) sera vraiment prépondérant également.

Posté par Pat Philly à 05:23 - Commentaires [0] - Permalien [#]

Commentaires

Poster un commentaire